Phyto-Victimes » Un site au service des victimes des produits phytosanitaires

Pour contacter l’association Phyto-Victimes :

Permanence téléphonique le lundi de 14h à 17h, le mardi de 9h30 à 11h30, le jeudi de 14h à 17h et le vendredi de 9h30 à 11h30. Attention : l’association est fermée du 1er au 21 août inclus.

Si vous souhaitez être contacté en dehors de ces horaires n’hésitez pas à nous envoyer par mail, par SMS ou par courrier votre demande, afin de convenir ensemble d’un rendez-vous téléphonique.

06.74.78.88.27
contact@phyto-victimes.fr
Beauregard, 16700 BERNAC
 
En 2015 l’association Phyto-Victimes a été soutenue par le département de la Charente, la Région Poitou-Charentes , les Ministères de l’Agriculture, de l’environnement et de la Santé, ainsi que par de très nombreux membres.
     Afficher l'image d'origine 

08/10/2016 – Journée dédiée aux victimes des pesticides atteints de la maladie de Parkinson

Rendez-vous le 8 octobre 2016 à Bourges pour une journée dédiée aux victimes des pesticides atteints de la maladie de Parkinson.

En 2014, l’association Phyto-Victimes avait déjà organisé une première Journée Parkinson qui avait rassemblé 80 personnes.
Le lien entre la maladie de Parkinson et les pesticides a été clairement établi et celle-ci a été ajoutée au tableau des maladies professionnelles agricoles en 2012.
Malheureusement, cette problématique concerne de plus en plus de professionnels. Cette journée a pour objectif d’informer les victimes, mais aussi leurs familles au travers de témoignages d’agriculteurs atteints de cette pathologie, de médecins, de familles…
Deux temps de témoignages seront organisés, un premier le matin, un autre l’après-midi qui se finira par un moment de questions-réponses.
Nous vous communiquerons le programme et la liste des intervenants dans les prochaines semaines.

Si vous êtes vous-même victime des pesticides et atteint de la maladie de Parkinson, n’hésitez pas à contacter l’association Phyto-Victimes.

Abrogation de l’arrêté du 12 septembre 2006 : que veut la profession?

Vous pouvez retrouver le communiqué de presse sur l’abrogation de l’arrêté du 12 septembre 2006 par le Conseil d’État en cliquant ici

La Commission Européenne priviligerait-elle l’industrie à la santé publique ?

Le glyphosate, substance active de nombreux herbicides dont le produit phare de Monsanto, le Roundup, a été ré-autorisée par la Commission Européenne, ce mercredi 29 Juin 2016 qui a décidé de passer outre le vote des États membres. En effet, les pays de l’Union Européenne n’ont pas réussit à se mettre d’accord sur le renouvellement ou non de ce produit.

Cette décision unilatérale de la Commission intervient à la veille du terme d’autorisation de mise sur le marché du glyphosate et permet aux industriels de l’agrochimie de continuer à vendre les produits à base de glyphosate pour 18 mois encore. Rappelons que le glyphosate a été classé comme cancérogène par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) en 2015.

L’association Phyto-Victimes déplore, comme d’autres associations telles que Générations Futures, Foodwatch France ou encore La Ligue contre le Cancer, que la Commission Européenne n’applique pas  le principe de précaution pour un produit aussi controversé.

Vous pourrez trouver plus d’informations sur la ré-autorisation du glyphosate en cliquant ici, et sur le classement du glyphosate comme cancérogène en cliquant ici.

Soutien du ministre de l’agriculture, Stéphane LeFoll, en faveur d’un fond d’indemnisation des victimes des pesticides !

Phyto-Victimes félicite l’engagement du ministre de l’Agriculture, Stéphane LeFoll qui se dit favorable à la création d’un fond d’indemnisation pour les victimes des pesticides. Ce fond d’indemnisation sera financé par les firmes qui vendent ces produits. Cette proposition lancée par notre association est portée politiquement par Nicole Bonnefoy, sénatrice de la Charente et soutien de Phyto-Victimes depuis plusieurs années.

Les pesticides ont impacté et impactent encore de nombreux professionnels, qu’ils soient salariés ou indépendants. C’est pour cela que nous espérons que cette proposition de création de fond d’indemnisation pour les victimes des pesticides fera consensus et recevra le soutien de tous les représentants politiques et syndicaux et notamment les représentants du monde syndical agricole. En effet, nous pensons que la santé n’est pas une question de couleur politique ou syndicale et que nos représentants aboutiront à un accord pour la création de ce fond, ce qui obligera enfin les vrais responsables à dédommager  les victimes !

Vous pouvez retrouver le communiqué de presse du Ministère de l’Agriculture en cliquant ici