Phyto-Victimes » Un site au service des victimes des produits phytosanitaires

Contacter l’association Phyto-Victimes

Pour contacter l’association Phyto-Victimes :

Lundi : 14h-17h
Mardi : 9h30-11h30
Jeudi : 14h-17h
Vendredi : 9h30-11h30

Si vous souhaitez être contacté en dehors de ces horaires, n’hésitez pas à nous envoyer par mail, par SMS ou par courrier votre demande, afin de convenir ensemble d’un rendez-vous téléphonique.

06.74.78.88.27
contact@phyto-victimes.fr
Beauregard 16700 BERNAC

 
En 2015 l’association Phyto-Victimes a été soutenue par le département de la Charente, la Région Poitou-Charentes , les Ministères de l’Agriculture, de l’environnement et de la Santé, ainsi que par de très nombreux membres.
     Afficher l'image d'origine 

Mise en consultation publique de l’arrêté sur les produits phytos : vous avez jusqu’au 3 février 2017 pour donner votre avis!

Depuis le 13 Janvier 2017, le Ministère de l’Agriculture vient de soumettre à consultation publique le nouvel arrêté (*) sur les produits phytosanitaires, qui rappelons-le, avait été abrogé en juillet 2016 par le Conseil d’Etat, sous la pression de l’Association Nationale Pommes Poires (ANPP).

L’association Phyto-Victimes souhaite la mise en place d’un texte réglementaire protégeant réellement la santé des professionnels et des riverains ainsi que l’environnement. Le texte soumis à consultation manque d’ambition et ne prend pas en compte les connaissances actuelles.

Délais de réentrée : temps nécessaire  pour autoriser  des personnes à  accéder  à la zone traitée.

Le texte ne doit pas se contenter d’imposer  un délais face  à  des risques immédiats ( irritations, problèmes respiratoires…)  il devrait encadrer  sérieusement  tous les risques  chroniques graves pour la santé comme les  CMR  mais aussi  les perturbateurs endocriniens. De plus, il est indiqué que si les délais de réentrée devaient être réduits « en cas de besoin motivé, non anticipé et non prévisible, ou impérieusement nécessaire », l’utilisateur devrait se protéger avec des EPI (Equipement de Protection Individuelle). Ces équipements ne sont pas adaptés au travail effectué (les combinaisons et les masques peuvent être gênants et insupportables, notamment en période de forte chaleur). De plus, en 2007, des chercheurs ont démontré l’inefficacité de nombreux équipements, exposant ainsi les travailleurs de manière beaucoup plus importante (**). La réduction des délais de réentrée  devrait être  impossible ou bien mieux encadrée.

Vitesse du vent :

Il est également indispensable de faire respecter l’interdiction de traiter lorsque le vent est supérieur à 19 km/h (3 sur l’échelle de Beaufort). Cette réglementation  protège les risques pour les utilisateurs, les riverains et l’environnement en limitant la dérive des produits.

La consultation publique prendra fin le 3 février 2017. Vous avez quelques semaines pour donner votre avis sur  l’utilisation des produits phytosanitaires afin de protéger efficacement la santé et l’environnement. Nous vous encourageons fortement à prendre quelques minutes pour adresser vos recommandations à l’adresse suivante : consultations-public.bib.dgal@agriculture.gouv.fr en indiquant l’objet « arrêté utilisation PPP ».

Si vous le souhaitez, vous pouvez  appuyer nos recommandations en vous servant de nos argumentaires.

(*) Le texte est disponible ici : http://agriculture.gouv.fr/projet-darrete-relatif-la-mise-sur-le-marche-et-lutilisation-des-produits-phytopharmaceutiques-et-de

(**) Il est possible de consulter cet article scientifique en cliquant sur ce lien : https://pistes.revues.org/2137

 

Pour télécharger le communiqué de l’association Phyto-Victimes, cliquez ici.

Jean-Marie Desdions débouté dans sa procédure contre Monsanto

Jean-Marie Desdions, administrateur de l’association Phyto-Victimes et deuxième agriculteur en procédure contre Monsanto en France, vient d’être débouté par le Tribunal de Grande Instance de Lyon (TGI) de Lyon.

Notre association se dit déçue par cette décision et apporte tout son soutien à Jean-Marie Desdions.

Cliquez ici pour retrouver le communiqué de notre association concernant cette affaire.

Vous trouverez ci-dessous plusieurs articles de presse concernant cette décision :

Le Berry Républicain :

http://www.leberry.fr/vailly-sur-sauldre/economie/agroalimentaire/2017/01/10/l-agriculteur-berrichon-ayant-attaque-monsanto-en-justice-a-ete-deboute_12236904.html

Ouest France :

http://www.ouest-france.fr/economie/entreprises/monsanto/un-agriculteur-atteint-d-un-cancer-deboute-face-monsanto-4726104

La Croix :

http://www.la-croix.com/France/Justice/Un-cerealier-victime-cancer-perd-justice-contre-Monsanto-2017-01-10-1200816148

La France Agricole :

http://www.lafranceagricole.fr/actualites/cultures/phytos-sante-un-agriculteur-deboute-face-amonsanto-1,0,4283201629.html

Sciences et Avenir :
http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/malade-avec-des-desherbants-un-agriculteur-deboute-face-a-monsanto_109615

Nouveau scandale autour de la réglementation des perturbateurs endocriniens !

Alors qu’un texte législatif sur ces perturbateurs hormonaux est attendu depuis plusieurs années, la Commission Européenne devra présenter un autre texte en Janvier 2017 car elle n’a pas obtenue la majorité qualifiée.

Pourquoi un tel débat ?

Le sujet des perturbateurs endocriniens est un sujet brûlant, qui est loin de faire consensus en Europe. Le texte proposé par la Commission Européenne avait déjà été dénoncé par certaines ONG, scientifiques et élus comme « exigea[nt] un niveau de preuve tellement élevé qu’il devenait quasiment impossible de faire reconnaître un produit comme tel. »(L’Usine Nouvelle).

La Commission Européenne a ajouté une dérogation, à la veille du vote, excluant certains pesticides : « les produits phytosanitaires conçus pour agir sur le système hormonal des insectes et adventices auraient été exemptés d’une identification comme perturbateurs endocriniens et donc certains d’échapper à toute interdiction. » (L’Usine Nouvelle)
« Cette dérogation majeure est en fait une vieille demande de l’industrie des pesticides » (Bayer, BASF, Syngenta), ajoute Le Monde.
Une interdiction des pesticides classés comme perturbateurs endocriniens est attendu depuis 2009.

Notre association souhaite un texte plus protecteur et plus exigeant quant à la réglementation des perturbateurs endocriniens, sans l’influence de l’industrie chimique, qui continue à vendre des produits dangereux pour la santé et l’environnement !

Pour plus d’informations, vous pouvez lire l’article du Monde sur ce sujet en cliquant ici.

130 personnes à la conférence-débat « L’impact de l’industrie chimique sur l’homme et l’environnement » à Quimper

Paul François, président de l’association et Pierre Pézerat, réalisateur du film « Les Sentinelles » ont participé à la conférence-débat « L’impact de l’industrie chimique sur l’homme et l’environnement », organisée par le Rotary Club de Quimper jeudi 8 Décembre.

130 personnes été présentes lors de cette soirée et les échanges entre le public et les intervenants ont été nombreux et très intéressants.

Quelques photos de la soirée:

Un public nombreux pour cette soirée-débat !

Les intervenants Pierre Pézerat et Paul François