Victimes, que faire ?


Une exposition à des pesticides peut entrainer divers symptômes : vomissements, nausées, maux de tête, grande fatigue, douleurs musculaires, eczémas, etc. Ceux-ci sont le signe d’une intoxication. Mais les pesticides peuvent aussi induire des pathologies lourdes : maladies neurodégénératives et troubles neurologiques (dont parkinson), hypersensibilités chimiques multiples, leucémies, lymphomes, cancers du poumon, des reins, de la vessie, des testicules, du pancréas, de la prostate, de la peau, etc

Si vous avez déclaré de tels symptômes ou pathologies après avoir été exposé à des pesticides lors de vos activités professionnelles, vous pouvez demander la reconnaissance en maladie professionnelle. Cette reconnaissance permet la prise en charge des soins liés à la maladie, mais aussi l’attribution d’une rente à vie. De plus, l’augmentation du nombre de reconnaissances en maladies professionnelles en lien avec les pesticides est un élément clé pour améliorer les processus de reconnaissance et d’indemnisation des victimes des pesticides.

La procédure de reconnaissance en maladie professionnelle est avant tout une procédure administrative qui doit être réalisée auprès de votre organisme de sécurité sociale. Celui-ci se base sur des tableaux de maladie professionnelle pour décider si votre pathologie est en lien avec vos activités professionnelles, et doit respecter certains délais pour vous apporter une réponse. Si cette démarche n’aboutit pas, il est possible d’avoir recours à des procédures juridiques. Par ailleurs, lorsque la reconnaissance en maladie professionnelle est obtenue, d’autres démarches peuvent être réalisées.

Pour avoir accès aux unités de consultation de pathologies professionnelles : http://www.souffrance-et-travail.com/infos-utiles/listes/consultations-pathologies-professionnelles/

L’association Phyto-Victimes a été créée pour apporter un soutien complet aux professionnels victimes des pesticides, en les accompagnant dans leurs démarches de demande de reconnaissance en maladie professionnelle, mais aussi en les mettant en relation avec des experts scientifiques, médicaux et juridiques, si cela est nécessaire. Nous vous invitons donc à nous contacter afin de nous exposer votre situation et que nous puissions vous conseiller.

Contact Aide aux victimes : Ophélie Robineau – 06.74.78.88.27 ou contact@phyto-victimes.fr