L’association Phyto-Victimes a été créée le 19 mars 2011 par des professionnels du monde agricole qui ont été confrontés brutalement à deux constats :

  • les pesticides employés dans le cadre de leurs métiers avaient causé des dégâts importants et irréversibles sur leurs santé ;
  • la reconnaissance en tant que victime des pesticides ne pouvait s’obtenir sans une vraie bataille judiciaire.

Face à la grande difficulté que représentent ces deux combats, la décision a été prise de créer une structure à dimension nationale venant en aide à l’ensemble des professionnels victimes des pesticides.

Le but premier de l’association Phyto-Victimes est d’apporter un soutien complet aux professionnels victimes des pesticides. Ce soutien se matérialise notamment par un accompagnement dans les démarches de demande de reconnaissance en maladie professionnelle, mais aussi en les mettant en relation avec des experts scientifiques, médicaux et juridiques, lorsque cela est nécessaire.

L’association Phyto-Victimes répond également a deux objectifs : rendre justice aux professionnels victimes des pesticides et lutter contre la sous-évaluation des conséquences sanitaires des pesticides. De ces objectifs découlent plusieurs axes de travail :

  • faire reconnaitre les pathologies professionnelles liées aux pesticides ;
  • défendre les droits des malades ;
  • agir pour que les produits nocifs soient retirés du marché ;
  • travailler pour que soit mis en place un système d’évaluation, d’homologation et d’autorisation des pesticides qui soit indépendant, transparent, et appliquant strictement le principe de précaution ;
  • participer à des études scientifiques – épidémiologiques et toxicologiques – indépendantes sur les effets des pesticides sur la santé ;
  • promouvoir des alternatives ne mettant plus en danger la santé des professionnels et de leurs proches ;
  • soutenir la prévention.

Aujourd’hui, l’association Phyto-Victimes regroupe des centaines de professionnels (agronomes, paysagistes, enseignants en lycées agricoles, chauffeurs, magasiniers, agriculteurs et salariés agricoles, ouvriers en bâtiment, expérimentateurs, etc.). Tous ces professionnels ont un point commun : leur santé a été affectée par l’utilisation des pesticides dans le cadre de leurs métiers. Ces victimes souffrent de pathologies lourdes. Elles présentent par exemple des :

  • maladies neurodégénératives ;
  • troubles neurologiques (dont parkinson) ;
  • hypersensibilités chimiques multiples ;
  • leucémies ;
  • lymphomes ;
  • cancers du poumon, des reins, de la vessie, des testicules, du pancréas, de la prostate, de la peau, … ;
  • des troubles divers : maux de tête, grande fatigue, douleurs musculaires, eczémas, etc.

Les membres de l’association Phyto-Victimes sont sollicités sur l’ensemble du territoire national, mais aussi au-delà des frontières françaises pour apporter leurs témoignages. Ils participent également à des groupes de travail régionaux et nationaux au sein d’agences scientifiques et de ministères.

AG-phyto-victimes-fontaines AG de l’association Phytovictimes à Fontaines.

L’association Phyto-Victimes est présente dans plusieurs groupes de travail. Cette présence a pour but de connaître et de participer aux actions réalisées par différentes institutions en lien avec la thématique Santé-Travail.

ANSES (Agence Nationale de Sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement et du travail) :

  • Comité d’Orientation Thématique (COT) Santé, Alimentation et Bien-être des animaux ;
  • Comité d’Orientation Thématique (COT) Santé et Protection des végétaux ;
  • Comité d’Orientation Thématique (COT) Santé-Travail ;
  • Comité de suivi des AMM (Autorisation de Mise sur le Marché).

Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt :

  • Commission Nationale de Prévention pour les salariés ;
  • Commission Nationale de Prévention pour les non-salariés ;
  • Comité Régional d’Orientation et de Suivi du Plan EcoPhyto- Nouvelle Aquitaine ;
  • groupe de Travail National de l’action 13 (Santé et Sécurité au Travail) du Plan EcoPhyto.

Ministère du Travail, de l’Emploi, de la Formation Professionnelle et du dialogue social :

  • co-animateur du PRST3 (Plan Régional Santé-Travail) – Nouvelle Aquitaine ;
  • membre de la COSMAP (Commission supérieure des maladies professionnelles en agriculture).